Reflexes archaïques

L’enfant qui vient au monde ne dispose, pour vivre, que de très peu de mouvements instinctifs, nommés réflexes archaïques ou primitifs. Ce sont des héritages ancestraux.

Ces réflexes sont des réactions, motrices, rapides et involontaires, engendrées par une stimulation qui leur sont propre. Ils sont indispensables à la survie du nouveau-né et au développement, moteur, émotionnel et cognitif, de l’enfant.


Ces activités motrices automatiques sont sensés être intégrées et désinstallées des programmes naturels, pour se transformer en mouvements volontaires.

Lorsqu’un réflexe est intégré, l’enfant peut atteindre des fonctions plus élevées et avancer dans son développement. (marche, lecture…)
Les réflexes non intégrés et donc encore actifs, peuvent perturber de façon involontaire notre fonctionnement interne (mouvement, posture, fonctions cognitives…) particulièrement en situation de stress ou d’apprentissage.

Nous trouvons des réflexes actifs à tout âge. Soit ils non jamais été intégrés, soit ils se sont réactivés lors d’un choc émotionnel ou d’un stress, laissant le cerveau reptilien (la survie) reprendre le dessus.

Une fois le réflexe désactivé, il faudra faire des exercices d’ancrage afin de l’intégrer dans un nouveau schéma proprioceptif.


Bienfaits


Sur la sphère Cognitive (pensées positives ,apprentissages, scolarité, créativité…)
               
Émotionnelle (gestion du stress, confiance en soie, centrage…)
                                            
Physique (posture, mouvement, capacité sportive, énurésie, bien-être, TOC…)